Quand le sport s’illustre par les données

Hyblab-DataSportDans cet article, je vais évoquer le concours « HybLab Datasport 2014 » auquel j’ai participé en tant que partenaire média avec France 3 Pays de la Loire, rédaction dans laquelle j’étais en stage récemment pendant un mois et demi au service web. Ce concours a été organisé le 23 et 24 avril par Ouest MédiaLab, premier cluster[1] et laboratoire numérique des médias. Basé à Nantes, il regroupe de nombreuses entreprises, autour de projets innovants et collaboratifs.

Déjà impliquée dans un projet similaire par le passé, la rédaction de France 3 et particulièrement mon maître de stage a souhaité que je pilote ce projet sur place pendant les deux jours de concours. L’objectif de ce concours est de réaliser des histoires, des articles grâce à des données brutes. Par l’intermédiaire d’outils de data-visualisation, il a fallu « faire parler » les données afin d’en ressortir des informations utiles et intéressantes.

Ce concours a été organisé au sein de l’université UFR-STAPS de Nantes. Pendant deux jours, près de 70 étudiants en Management du Sport et en Ecole de Design se sont répartis en 10 groupes pour conduire 10 projets.

Afin de préparer ce concours, j’ai dû récolter les données qui allaient nous servir pour rédiger notre projet qui portait sur le rayonnement numérique du FC Nantes sur les réseaux sociaux. Le premier jour, une équipe de sept étudiants s’est formée pour travailler sur ce projet. Avec Bryan Coder, de l’agence de conseil en communication d’Alphacoms et Claude Bouchet, mon maître de stage, j’ai présenté aux étudiants les jeux de données que j’avais pu rassembler les jours précédents. Par exemple, j’ai interrogé l’API Facebook pour connaître le nombre de fans de la page officielle du FC Nantes classé par pays. L’objectif était de rendre compte de l’évolution de ce nombre au début de la saison (août 2013) jusqu’au moment de l’analyse.

A partir de ces fichiers, nous avons commencé à concevoir plusieurs graphiques afin de raconter une histoire. Le soir, l’équipe d’étudiants a présenté, par un pitch accompagné d’un diaporama, nos premiers travaux devant l’ensemble des participants et j’ai donné mon avis sur la direction finale que nous pouvions prendre.

Deux plans ont été analysés, la place du club, entité morale indéniable dans l’échiquier footballistique français, et celles des joueurs, entités physiques, qui contribuent à son rayonnement.

Le lendemain, après avoir décidé d’une trame principale, nous avons commencé à réaliser tous les graphiques qui allaient nous servir pour la rédaction de l’article.

Je devais ensuite intégrer tous nos travaux sur le back-office de France 3 et rédiger les transitions entre nos data-visualisations. Enfin, l’article, en ligne sur le site internet de France 3 Pays de la Loire, a été présenté devant l’assemblée et a été noté par un jury composé d’acteurs d’entreprises technologiques et numériques mais aussi de l’adjoint Innovation et Numérique à la mairie de Nantes, Francky Trichet.

Au final, trois prix ont été décernés sur 10 projets : un 1er prix et deux mentions spéciales. Notre travail s’est vu attribuer la mention spéciale « Intérêt pour le Grand Public ». L’ensemble des projets sont à retrouver sur la page officielle du DataSport 2014.

illu_staps

Image de Une du projet DataSport 2014 réalisé par, Adeline Frelon, une étudiante de l’Ecole de Design de Nantes

            Je retiens de cette expérience, une collaboration intense et très enrichissante en équipe. Par mon travail mais aussi celui des étudiants, j’ai la satisfaction d’avoir réalisé un projet abouti, pouvant intéresser de nombreuses personnes, particulièrement les amateurs de football.

La manipulation des données est une activité qui donne lieu à de multiples révélations. Pouvoir articuler les fichiers que nous avions à disposition et ainsi, raconter une histoire est un exercice qui demande de la rigueur et de l’originalité.

Il ne s’agissait pas seulement de présenter les données mais de les mettre en exergue, de prendre du recul et, par la suite, en tirer certaines conclusions par le prisme de la comparaison.

De plus, le fait de détenir certaines responsabilités d’édition et principes d’éditorialisation ont été des facteurs de motivation supplémentaires. J’ai apprécié le fait de partager mon savoir-faire et mes compétences au sein d’un groupe. En outre, je me suis rendu compte de la difficulté d’obtenir certaines données qui sont liées au réseaux sociaux, ceux-ci laissant très peu de place à la manipulation des données. Des contraintes de temps et de volumes existent, et l’exploitation de celles-ci ont parfois un coût.

Ce projet fût l’objet d’un partenariat entre France 3 Pays de la Loire, Alphacoms et SunFM. Les acteurs de ce projets sont des étudiants en STAPS de l’Université de Nantes et de l’Ecole de Design: Benjamin David, Alexandre Gourizan-bi, Anaïs Leroy, Coline Rocher, Sara Crinière, Adeline Frelon et Camille Brunel.

Enfin, l’expertise de Bryan Coder, dans la veille numérique, nous a permis d’utiliser des outils très intéressants et ainsi pouvoir récolter des données pertinentes. Il revient sur cette expérience sur le site d’Alplhacoms.

[1] Un cluster est « un groupe d’entreprises et d’institutions partageant un même domaine de compétences, proches géographiquement, reliées entre elles et complémentaires » (Porter, 1999).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s